Boa Viagem !!!
"Boa Viagem" est une des chansons qui marque la fin d'un roda de capoeira. Elle souhaite un bon voyage aux personnes qui s'en vont. Nos amis nous l'on chanté avant notre départ et elle va nous accompagner tout au long de notre périple qui commence au pays de la capoeira, le Brésil.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photo
Mes amis

Mes albums

Rubriques

Actualites

Sites favoris



Last train for Bangkok

Nous voilà dans le train au départ d’Ayutthaya. Dans deux heures, nous arrivons à Bangkok. On a autant hâte qu’on redoute cette ville. La plupart des voyageurs n’ont pas aimé et nous ne savons plus trop quoi penser. On profite des derniers paysages avec des champs et rizières avant de rentrer dans la ville. A la gare, on trouve un bus pour nous amener vers notre hôtel. Après quasiment deux heures de bouchons nous arrivons. L’hôtel n’est pas extra mais on ne s’attendait pas à des miracles et surtout c’est clean. La soirée sera calme après un petit resto dans les rues touristiques.

 

Le lendemain, journée commando. On débute la journée par la visite du palais royal et du bouddha d’émeraude (qui est en fait en jade…). On pensait ne pas y avoir accès car la princesse (la sœur du roi) est décédée et ce sont les funérailles. Finalement, même pour les princes, le manque à gagner est trop important et les portes sont ouvertes. On profite donc des lieux et nombreux temples avant d’aller admirer le bouddha qui est bien petit par rapport à ce que l’on imaginait.

De là, on prend la direction du Bouddha couché. Pour une fois, c’est réellement impressionnant. Il fait quasiment une quarantaine de mètres de long et il chausse au moins du 500… En sortant je tombe par hasard sur Bernard Buis, le gestionnaire de Guilherand. Le monde est toujours aussi petit… L’après-midi on déambule dans le marché aux fleurs et Chinatown puis on prend un ferry pour nous ramener au plus près de l’hôtel. Après deux douches, on commence enfin à avoir la sensation que l’on ne transpire plus… Quel bonheur !!!

 

Vendredi : On prend un taxi-boat pour aller visiter la maison de Jim Thompson, qui regroupe plusieurs maisons traditionnelles thaïlandaises. La visite se fait en français ce qui nous change et l’on apprécie de voir un peu plus à quoi ressemblaient les maisons du début du siècle dernier. Après ça, aprem coiffeur et shopping pour Perrine et ciné pour moi. Le soir, on se fait un resto sympa avec petit concert acoustique et cocktail pour marquer la fin de notre voyage. Dernier nuit à Bangkok avant un dernier loooooong trajet.

 

Samedi : Petit déj dans les rues puis achats des derniers cadeaux. On prend le temps de ne rien faire, presque un luxe au regard de notre dernier mois de voyage. Pour une fois notre programme de la journée et vide. On achète de quoi bouquiner dans l’avion puis en fin d’aprem direction l’aéroport. Pour que ce soit plus drôle les taxis ne veulent pas nous prendre car ça ne semble pas assez intéressant pour eux. Ils espèrent nous amener à l’aéroport et nous ne voulons aller qu’à la station de train au centre de Bangkok. Finalement en s’éloignant du centre touristique, on trouve notre bonheur. On profite à travers les vitres du skytrain (métro aérien) de la vue sur Bangkok et jusqu’à l’aéroport. On traine dans celui-ci jusqu’à minuit mais bien sur notre vol à une heure de retard et l’on décollera vers une heure… Le reste n’est qu’une succession de films, de dodo, d’avions et de TGV jusqu’à Montpel. Ça y est, on a fait le tour du monde !!!



Publié à 11:29, le 1/08/2011, Bangkok
Mots clefs :
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Cités royales

Après 5 heures de bus, nous voilà à Sukhotai, une ancienne citée royale.

On commence en fanfare : la première auberge visitée ne nous convient pas et l’on part à la recherche d’une autre. Sur la route 4 policiers nous demandent ce que nous cherchons. Nous leur expliquons et une dame s’arrête avec sa voiture pour demander la même chose. Perrine discute avec elle et un vieux monsieur s’arrête lui aussi avec son scooter pour nous demander ce que nous cherchons : une auberge à 300 Bahts maxi et sympa !!! Finalement la police nous fait monter à l’arrière du pick-up et nous amène à l’adresse donnée par la dame. On traverse la ville observé par milles regards interrogateurs ce qui nous fait bien rire… La première guest house et pleine et sa voisine aussi. Qu’à cela ne tienne notre taxi improvisé nous fait remonter à l’arrière et direction une 3ème qui a enfin de la place.

Notre arrivé ne passe pas inaperçu et nous entamons la conversation avec Claire et Ariel qui sont arrivés peu de temps avant nous. Finalement on termine au resto avec eux et autour de quelques bières à la guest house avec Sidonie et Diane deux autres françaises. On a compris un peu plus tard que cette guest house était dans Le Routard…

Lendemain matin (lundi), direction le parc historique. Après avoir pris le bus local, sorte de camion avec deux rangées de banc à l’arrière, on loue des vélos pour faire le tour de la vieille cité. Le lieu et super agréable avec pleins de bassins qui entourent les édifices et donnent un coté parc familial. On  passe une bonne partie de la journée à flâner d’un temple à l’autre.

Le soir on se fait un petit repas au marché de nuit en amoureux avant de retrouver les filles et Ariel à l’auberge.

 

Le lendemain, on reprend la route pour le sud, direction Ayutthaya, l’ancienne cité royale. On se rend à un homestay (logement chez l’habitant) excentré que nous ont conseillé Sidonie et Diane. La famille est adorable. Ils nous invitent à manger et l’on passe la soirée à discuter avec le mari de la patronne qui est anglo-australien (il a fui la grisaille il y a une quarantaine d’année…). Il nous donne quelques conseils pour le lendemain et nous revoilà partis à vélo à l’assaut de la ville.

Les distances sont plus grandes qu’à Sukhothai mais de la même manière, on apprécie énormément la ville, les lieux touristiques sont relativement regroupés et l’on a l’impression d’être dans un parc. On se dit que c’est bien dommage que le Cambodge n’ait pas les mêmes moyens que la Thaïlande pour mettre en valeur son patrimoine et qu’Angkor aurait beaucoup à y gagner… On visite donc temples et temples et temples… Un bouddha incrusté dans les racines d’un arbre attirera particulièrement notre attention.

 

Vers 15h, retour à la guest house pour prendre nos sacs. On a un train à 16h pour Bangkok, ultime étape de notre périple. Presque 6­ mois que l’on est parti et ça y est on arrive au bout de la route. Notre aventure touche à sa fin. Xav , notre ami rencontré au Chili et Australie, nous demande si l’on a fait un bilan de notre voyage. On en est encore loin… Il nous reste encore une étape et un mois pour digérer tout ça, voir la famille et les amis, trier les photos, prendre des nouvelles de toutes les personnes que nous avons eu la chance de rencontrer…  ça va venir Xav mais doucement…



Publié à 18:41, le 27/07/2011, Ayutthaya
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Chiang Mai

Changement de décors et retour en Thaïlande pour la fin de notre périple.

Première étape : Chiang Mai. On trouve une auberge sympa et on part à la pêche aux infos. On avait lu qu’il y avait beaucoup de treks à faire dans les environs mais ce sont principalement des attractions pour touristes. Pas moyen de trouver une carte ou un bouquin avec les randos à faire. Il faut passer via une agence et se faire une journée en groupe, ça nous démotive un peu.

 

Le premier jour, on part visiter la vieille ville. On y trouve de nombreux temples (surprenant…) qui comment à l’accoutumé nous occupent une bonne partie de la journée. On a raté de peu une fête des lumières où bougies et lampions qui s’envolent viennent remplir le sol des temples et les airs. Dommage.

 

 

Deuxième jour (samedi) : On loue un scooter en début d’aprem pour aller jusqu’au Tiger Kingdom. C’est la grosse attraction pour touriste avec les éléphants ici. On passe donc un moment avec des bébés tigres à les caresser… C’est juste MAGIQUE. Ces petites bestioles de 2 mois sont craquantes et l’on n’a pas envie que ce moment s’arrête. On se limitera aux tout petits mais on aurait pu faire la même chose avec des plus grands jusqu’aux adultes. On ressort avec un double sentiment : On est ravi d’avoir pu approcher un animal magnifique comme le tigre, surtout les bébés mais on a cette impression d’abuser de ses pauvres bêtes qui ne demandent qu’à être tranquilles pour dormir et qui voient défiler toute la journée une horde de touristes. Bref, c’était génial mais pas très bien pour ces animaux qui avaient quand même l’air bien traités.

 

Troisième et dernier jour (Dimanche) : On profite d’avoir encore le scooter pour la matinée pour monter au Doi Suthep sur les hauteurs aux alentours de Chiang Mai. Sur le parking on retrouve Yuta et Mita, le couple japonais rencontré lors de notre croisière sur le Mékong. On fait la visite avec eux, la vue sur la vallée est sympa mais le soleil n’est pas au rdv… L’aprem direction le musée de la ville. On apprend quelques trucs sympas mais dans l’ensemble ça ne vaut pas le déplacement. Du coup pour se détendre en fin de journée direction le massage. Ils sont réputés ici et pas cher, double raison pour en profiter. Et ce sera pas mal à l’arrivée.

Le soir on retrouve nos amis pour manger et faire un tour au « Night Bazaar », gros marché pour touristes… Toujours autant de contrefaçon de mauvaise qualité. On trouvera peut-être des choses plus sympas sur Bangkok, on verra…

 

Ce matin, on a pris le bus pour Sukhothai à 5h plus au sud. On est à une semaine du retour…



Publié à 05:39, le 24/07/2011, Chiang Mai
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Laos : le royaume du million d’éléphants

Après un trajet sur deux jours depuis Angkor, nous voilà à Vientiane la capitale du Laos. Il flotte ici comme un parfum d’ancienne colonie française. La plupart des inscriptions officielles sont en laotien et français. Les bâtiments sont au choix de style colonial ou communiste (moins attractif…). Le soir de notre arrivée, on craque : direction un resto français… Enfin un bon morceau de viande et du vin… Du pur bonheur pour nos papilles en manque de bonne viande, de fromage et de produits du terroir...

Le lendemain matin, on loue des vélos pour partir à la découverte de la ville. Celle-ci n’étant pas grande, c’est le meilleur moyen pour nous de nous déplacer. L’essentiel des visites tourne autour de temples et de stupas, toutefois on commencera par le Patuxai, l’arc de triomphe local. En fin d’après-midi, un gros orage arrivant du nord nous empêche de profiter des rives du Mékong et nous ramène à l’hôtel.

 

Jeudi 14 Juillet : On termine tranquillement la visite de la ville stoppée la veille. Direction le Pha That Luang, le lieu le plus sacré du pays pour les laotiens. Il s’agit d’un stupa doré entouré d’un cloitre. On visitera les temples que nous n’avons pas eu le temps de voir la veille. Et pour terminer en apothéose direction le sauna traditionnel aux herbes. En fait il s’agit d’une vieille maison en bois dans la jungle près d’un temple. Le sauna est traditionnel au possible : on rentre dans une pièce en bois où l’on ne voit pas plus loin qu’un mètre. On enchaine les allers retours avec les douches froides (écuelle dans un bidon au fond du jardin) et les thés pour se réhydrater.  Puis direction le massage : c’est dans la lignée des massages balinais et thaï : physique… Mais on commence à s’y faire et à apprécier.

 

En rentrant on s’arrête devant l’ambassade de France pour essayer de savoir si tous les français sont invités à la Garden Party. Malheureusement pour nous il faut être expatrié et avoir la carte consulaire.Ca aurait été sympa comme soirée…

 

Vendredi : On prend la route pour Luang Prabang. Il pleut quasiment toute la journée. Les paysages sont à couper le souffle. Avec la brume, on se croirait dans un film fantastique avec elfes et dragons. On voit le vrai visage du Laos : les forêts et les petits villages en bord de route. Les maisons sont rustiques, en bois et toit en palmiers. Pour les plus riches, la tôle a fait son apparition. Certains bâtiments sont en dur mais cela ressemble plus à la pose restaurant ou à l’école qu’à une habitation. La route est longue, et les précipices profonds. Pour nous rassurer un peu plus, il n’y a pas de parapet et les glissements de terrains sont monnaie courante.

Samedi : première journée à Luang Prabang, l’ancienne capitale et cité royale. Ce que l’on ressent d’entrée, c’est la douceur de vivre. On est loin de la capitale et l’on sent que la vie y est encore plus détendue. Les Laotiens aiment profiter de la vie plutôt que travailler et c’est tant mieux. On n’est quasiment pas embêté par les tuk tuk et autres. La ville regorge de temples et donc de moines. D’autant plus que l’on approche d’une fête marquant le retrait de la vie civile des moines pour les 3 mois de la mousson.

On part donc à pied à l’assaut de la ville et du Phu Si, le mont au centre de celle-ci. De là-haut on a une vue magnifique sur le Mékong et les montagnes environnantes. On retrouve des françaises rencontrés la veille dans le bus alors que nous allons au musée du Palais Royal. Sympa mais pas mémorable comme visite…  On en profite pour prendre les infos sur le bateau pour remonter le Mékong. Le soir, on profite du marché de nuit pour faire les cadeaux pour la famille et pour manger un morceau dans un bouiboui. La saucisse ressemble à celle de Toulouse mais est loin d’être aussi bonne…

 

Dimanche : On termine notre tour du centre-ville par (oh surprise !!!) des temples. On prend notre temps pour regarder les locaux jouer à la pétanque. Il manque juste les expressions de chez nous et le Ricard. Le soir en rentrant du resto, on se fait entreprendre par notre gérant au rhum local. L’espagnol qui buvait avec lui nous ramène une boisson d’un alcool local enveloppée dans du papier journal. On goutte, ce n’est pas trop mauvais. Il enlève alors le papier et nous montre le contenu de la bouteille : des herbes locales avec un jeune cobra… On vient de gouter à la vipérine locale.

 

Les deux jours qui suivent sont calme, on remonte le Mékong doucement, on fait la sieste, on bouquine, on prend des photos du paysage, on écoute de la musique. Grosse activité. On sympathise avec un couple de japonais qui commence leur voyage (1 mois) pour un an. Les profs d'EPS ont des envies de voyage cette année. Après Xav rencontré en Amérique du Sud, Yuta est lui aussi prof d'EPS au Japon. Ils doivent passer en France, on leur donne nos mails s’ils veulent plus d’infos…

 

S’en est fini du Laos, les gens auront été adorables  et l’on projette déjà d’y revenir pour en voir beaucoup plus… Il nous reste dix jours en Thaïlande pour aller de Chiang Mai à Bangkok et ensuite retour au bercail. On a hâte d’y être malgré toutes les belles choses que l’on vit ici.

 

 

P.S. : Pour le royaume au million d’éléphants, on repassera, on n’en a  pas aperçu un seul…

 



Publié à 16:32, le 19/07/2011, Luang Prabang
Mots clefs :
Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien

Cambodge : Battambang et Angkor.

Suite à notre départ de Koh Tao, le programme a légèrement évolué.

Nous avions nos billets pour Chiang Mai, au nord du pays mais arrivé à Bangkok, notre train avait 44h de retard. Correspondance manquée… Du coup pour ne pas perdre de temps, on décide de faire la boucle dans l’autre sens : direction le Cambodge, on remontera ensuite au Laos et on reviendra en Thaïlande par le nord avant de finir par Bangkok.

Direction donc Battambang mais avant ça, il faut passer la frontière et ce n’est pas une mince affaire… On se fait avoir une première fois, Le guide annonçait qu’il fallait prendre un tuk-tuk pour aller du terminal de bus à la frontière. Manque de bol, le chauffeur ne nous dépose pas loin mais dans une autre rue. On prend bêtement un  tuk-tuk pour 300m. Bien sur le chauffeur nous amène dans un faux bâtiment pour acheter nos visas, mais là on avait bien potassé notre guide, on évite le piège. On paye quand même le visa un peu plus cher à l’arrivée, les douaniers cambodgiens ayant ce sens aigue du devoir…

On trouve ensuite un taxi-bus pour rejoindre Battambang. On retrouve enfin la conduite à droite. La joie sera de courte durée, notre chauffeur est un fou furieux, il est prêt à faire les 100km de trajet avec un passager sur le même siège que lui. On se serre à 4 derrière finalement. Ensuite il a du mal à rouler à gauche, il double n’importe comment et on essaye tant bien que mal de rester calme et serein avec Perrine.

L’hôtel ne paye pas de mine à l’extérieur mais est vraiment agréable et confortable. La journée du lendemain est consacrée à la récupération et à la visite de la ville. Il fait une chaleur de plomb, on a l’impression de se liquéfier sur place. Battambang est une ville à l’architecture coloniale française, on s’attendait à voir des bâtiments plein de charme. Il y en a mais la plupart ont besoin d’un ravalement de façade.

 

Vendredi : on part en excursion toute la journée en tuk tuk. Visite de deux temples mais surtout des Killing caves. Il s’agit de grottes où les Khmers rouges jetaient les cadavres des personnes torturées et assassinées par leurs soins. Notre conducteur avait dix ans à l’époque et nous raconte tout ce qui s’est passé dans les environs. C’est dur à entendre et l’émotion ressort rapidement à travers ses mots…

On termine la journée par une promenade en bamboo train. Il s’agit d’un châssis en bois et bambou qui se pose sur deux essieux. Un petit moteur type mobylette pour avancer et nous voilà partis pour une promenade à travers la campagne et les rizières. On s’arrêtera dans un village où Perrine se fait une copine qui ne la lâchera plus jusqu’à notre départ.

 

Samedi : lever matinal. On prend la route ou plutôt le fleuve jusqu’à Siem Reap. On passera notre temps à observer les locaux qui vivent là sur des bateaux ou des maisons construites sur pilotis. On découvre un autre Cambodge, plus traditionnel mais toujours aussi souriant. Les gens depuis notre arrivée sont d’une extrême gentillesse. Pour moi c’est le peuple le plus agréable que l’on ai rencontré depuis que nous sommes en Asie.

A Siem Reap,  nous décidons de ne passer qu’une journée à Angkor afin de visiter l’essentiel. Ceux qui ont du temps y reste trois jours voir une semaine…

La visite commence tôt : 5h 30. Oui, on veut voir le lever du soleil. Le temple est magnifique mais déjà bondé ce qui gâche un peu le plaisir… On rejoint ensuite notre guide. Pour une fois, on s’est dit que ça valait vraiment la peine d’y faire appel et effectivement, on ne s’est pas trompé…

 

 On passe la journée  entre Angkor Thom, Ta Prohm et Angkor Wat, les trois principaux sites. Chaque lieu a sa propre magie et l’on ne se lasse pas de regarder ses vieilles pierres de poser des questions et de photographier à tout va. Ça restera un des plus beaux moments de notre voyage !!! On rentrera épuisé à l’hôtel et côtel et c’est sans problème qu’on trouvera le sommeil.

 

 

Lundi départ pour Vientiane au Laos. On y arrivera mardi en fin d’aprem, si tout va bien…



Publié à 05:28, le 10/07/2011, Angkor Vat
Mots clefs :
Commentaires (3) | Ajouter un commentaire | Lien
<- Page précédente